- Publicité -
- Publicité -

Arrivés sur le marché en 2015, les Viking 3 et 6 places (Viking VI) sont maintenant bien implantés dans le paysage québécois. Ils ont gagné la confiance des utilisateurs avec leur fiabilité, leur capacité à travailler dur et à avaler les obstacles. Et ils n’ont pas oublié leur dose de «fun».

La troisième place est un avantage incomparable pour les petites familles.
Le modèle six places intéresse aussi les entreprises qui peuvent déplacer plus d’employés d’une seule traite, ainsi que les chasseurs qui peuvent atteindre leur camp de base tous ensembles.

Pour 2018, on ne change pas un modèle gagnant, et les Viking gardent la majorité des leurs caractéristiques. Yamaha nous présente une série spéciale, le Viking SE DAE agrémenté d’une tenue gris pâle jaunâtre métallique associée à un habitacle de couleur assortie et des sièges brun, un toit pare-soleil rigide, du rangement sous les sièges, des jantes en alu coulé noir mat, un volant spécifique et des rallonges d’ailes; ce Viking SE est même enjolivé d’un écusson de série spéciale exclusif à cette finition.

Tous les modèles Viking 2018 bénéficient de la griffe de Yamaha et des solutions techniques développées par les ingénieurs de la marque aux trois diapasons.
La transmission Ultramatic est entièrement automatique et réputée pour sa fiabilité.
Elle est accouplée à un sélecteur de mode On-CommandMD 2RM/4RM avec blocage du différentiel et la direction à assistance électrique (DAE).

Le moteur est toujours le monocylindre 686 cc à quatre soupapes SACT à injection, refroidi liquide. Même s’il fait le travail, on espérait secrètement l’ajout du moteur que l’on retrouve sur les quads 700cc de la marque, un 708cc DACT. On espère que vous ne l’entendrez jamais, mais un nouvel avertisseur sonore à été installé en cas de surchauffe moteur.

On apprécie la garde au sol de 30 cm (11,8 po), les freins à disques de 207mm à l’avant comme à l’arrière, bien protégés. Le réservoir emporte généreusement 36,7 litres d’essence, à comparer avec les 18 litres d’un Grizzly.

L’habitacle est confortable, aussi bien dans la version trois ou six places. Les portes basses se ferment avec un double verrou. Les sièges baquets à double accès sont confortables, avec un bon maintien latéral. Par contre il faut un outil pour changer la position de conduite en profondeur. Même si c’est pour une question de solidité, on aimerait un système de type automobile. Pour 2018, le système de ceinture de sécurité a été modifié pour un meilleur ajustement.

La caisse basculante est construite pour durer. Elle est renforcée aux points stratégiques et plusieurs détails montrent le sérieux de la conception. Il y a des points de fixation sur les barres renforcées. Le plancher est recouvert d’un tapis en caoutchouc pour éviter les frottements et les vibrations. La caisse peut accueillir une palette, et la charge est de 272 kilos. Yamaha annonce une capacité de traction de 680 kilos (1500 lb), même avec la caisse chargée.

Les coloris offerts sont gris bleuté et Camo Realtree avec jantes en alu coulé, et vert et rouge avec jantes en acier.

COMMENTAIRES FACEBOOK