- Publicité -
- Publicité -

Il s’est passé beaucoup d’années depuis la dernière fois où je me suis assis sur la rive d’un lac pour pêcher avec mon père. Je me souviens du temps où il nous amenait, ma sœur et moi, vers les petits étangs peuplés de poisson-chat tout près de sa maison, en sachant que la seule habileté qu’il fallait pour y attraper un poisson était la capacité d’y lancer un hameçon. Cela nous a gardés plus intéressés sur le but ultime d’attraper un poisson et un peu moins sur le plaisir que la partie de pêche procure en tant que tel.

Il n’y a pas si longtemps nous sommes passés devant ces étangs et nous avons remarqué qu’ils ont été remplis avec de la terre pour un projet industriel et ces souvenirs ont vite refaits surface. Je commençais récemment à ressentir la nostalgie de ces doux souvenirs et je savais que je devrais bientôt revenir à la merveilleuse sensation de détente qu’offre une bonne partie de pêche. C’est à ce moment que toute la planification et la collecte du matériel nécessaire à ce projet devenait un gros travail en lui-même, car mon aventure de pêche à « l’endroit secret » se ferait au volant d’un véhicule hors-route à une place. J’y ai bien pensé puis je me suis dit : « Défi accepté! ».

Une machine hors-route comme le Polaris 900 ACE donne à l’amateur d’aventures en plein air un moyen génial de rejoindre les endroits les plus reculés et de trouver des endroits de pêche cachés, même si les sentiers pour s’y rendre deviennent très serrés. Le processus de planification de ce voyage de pêche était un peu plus compliqué que dans mes souvenirs, mais l’excitation a commencé à m’envahir et c’est à ce moment que j’ai décidé d’aller faire une visite au hangar de mon père. J’y ai graduellement retrouvé tout mon matériel de pêche ainsi que certains items qui appartenaient à mon père. J’ai ramassé la vieille boîte d’attirail à papa et quand je l’ai ouverte les souvenirs de chaque élément à l’intérieur ont refait surface et m’ont simplement saisi par les émotions. Je me souviens très bien de toutes les fois où papa accrochait les flotteurs de liège sur les longues lignes à pêche que nous utilisions pour le poisson-chat, et quand nous avions le bonheur d’en attraper un il utilisait son pratique couteau à outils multiple pour retirer l’hameçon de la bouche du poisson. Il préférait les appâts simples et il semblait rester loin de la « propagande de pêche ». Je dois finalement admettre qu’il y avait beaucoup plus de souvenirs dans cette vieille boîte que ce que je pouvais réellement m’attendre.

Fish-Rodholder-000

Quand j’ai commencé à planifier mon voyage, je savais que je devais penser à voyager léger et que tout mon matériel devait être compact et être contenu dans quelques sacs, afin de m’assurer de ne pas surcharger les supports à bagage de mon ACE de Polaris. Au fait, comment amèneriez-vous une canne à pêche complète sur un véhicule comme le ACE, tout en parcourant des sentiers boisés serrés sans qu’elle se prenne dans chaque branche du sentier ? Même après plusieurs recherches, je n’ai pas réussi à trouver un seul fabricant d’étui ou de support pour canne à pêche adapté aux véhicules hors-route. Peut-être qu’éventuellement quelqu’un lira cet article et y verra une opportunité d’offrir ce type de produit au public. En attendant, je ne suis pas vraiment inquiet car j’avais la volonté de trouver un moyen ingénieux d’emmener ma canne à pêche à l’étang sans risquer de l’endommager.

J’aime les cannes à pêche légères, car même la plus petite capture permet de ressentir l’excitation de la prise au bout de la ligne et honnêtement, c’est comme ça que j’ai appris à pêcher quand j’étais jeune garçon. Je suis allé au magasin de sport du coin afin de trouver un nouveau moulinet pour ma canne à pêche Berkley car je l’avais brisé lors de mon dernier voyage de pêche et je ne l’avais pas encore remplacé. Ces petites cannes et moulinets sont relativement bon marché et je savais que si je devais la casser ou perdre l’ensemble ça ne serait pas dramatique côté budget. Les autres articles que je savais que je devais me procurer était une version compacte d’un coffre à pêche, une bonne glacière pour les collations et les boissons ainsi que ma fidèle canne et son nouveau moulinet, mais une chose importante dont je n’avais pas pensé jusqu’à ce que je passe à la caisse était de me procurer mon permis de pêche. Bien entendu, la conduite hors-route ainsi que la pêche sont des activités potentiellement salissantes donc j’avais besoin de me procurer une housse de protection pour garder tout ça bien au sec. Finalement, il ne me manquait que les vers qui devenaient ainsi le dernier ingrédient clé pour ce voyage.

Fish-Gearpacked-000

Il était maintenant temps de charger tout le matériel sur mon Polaris ACE 900. La boîte de chargement à l’arrière du ACE pouvait facilement recevoir la glacière Yeti et le coffre à pêche. Je savais que je voulais me détendre sur la rive, mais je ne savais pas exactement dans quel état elle serait alors j’ai emporté une de mes chaises de chasse pliante Browning Turkey afin d’y reposer ma carcasse. Elle a également été placée dans la boîte cargo du ACE. Sachant que les herbes sur les rives devaient être assez hautes et denses sur un lac isolé, j’ai aussi songé au fait qu’il pourrait y avoir quelques reptiles rampant dans les parages et ceci est venu renforcer mon idée d’une chaise. J’avais l’impression que je devais tout mettre le nécessaire sur la remorque, puis couper tout ça en deux afin de définir le strict nécessaire pour mon voyage avec le Polaris ACE. Puis j’ai pris la route en direction de l’étang.

Fish-Horserider-002

En me frayant un passage dans le paysage, sur le chemin qui passe au travers du barrage vers les étangs, j’ai remarqué une dame et son cheval qui venaient droit sur moi. Ne sachant pas trop comment l’animal réagirait au bruit et à la présence du véhicule, j’ai coupé le contact du ACE et j’ai attendu, immobile, jusqu’à ce qu’ils soient rendus juste à côté de moi. Mme Carolyn était son nom et « Dixie Echo » était le beau cheval qu’elle montait. Carolyn est une instructrice d’équitation et une guide dans la région, qui a récemment commencé à offrir des randonnées équestres sur les mêmes sentiers de ce terrain privé qui servent à rouler en motoquad ou en autoquad. J’aime rencontrer des gens qui aiment et qui apprécient la nature à l’état sauvage. Elle m’a mentionné qu’elle venait tout juste d’effrayer une bande de dindes sauvages un peu plus loin dans le sentier et il y avait aussi plus d’une cinquantaine de colombes dans les parcelles agricoles juste autour du sentier. Lorsque j’ai poursuivi mon chemin, je n’ai pas rencontré de colombes, mais il y avait encore quelques dindes qui rôdaient dans les champs.

En atteignant l’étang privé, je réalise que les herbes ont envahi son rivage, mais le propriétaire avait coupé une partie des herbes le long du sentier de la partie inférieure du barrage afin de permettre un meilleur passage en sentier à cet endroit. Trouver un bon endroit pour pêcher n’était pas vraiment difficile parce qu’en roulant à travers le barrage, je pouvais voir les nombreux bancs de poisson dans l’eau. Cela ne garanti pas une pêche miraculeuse mais cela pouvait surtout signifier que si le petit poisson s’y trouve, le gros poisson s’y trouve probablement aussi. Les roseaux le long de la rive offriraient également un excellent endroit pour beaucoup de types de poisson, comme l’achigan à petite bouche ou encore le grand crapet arlequin ou le crapet soleil.

spread

Après avoir trouvé un endroit idéal pour garer mon véhicule, j’ai déchargé ma chaise et mon attirail de pêche et j’ai immédiatement commencé à lancer à l’eau un leurre « crankbait » à plongée profonde. Les roseaux ont démontré un certain effet prometteur car leur action sous-marine a commencé à faire effet sur l’hameçon triple à l’arrière de l’appât. Quelques échappées et puis ça y était. Le petit crapet soleil a mordu un peu plus grand qu’il pouvait en réalité mettre dans sa bouche, mais je dois lui reconnaître ses vaillants efforts. Il ne fallut pas longtemps avant que j’ai attrapé et relâché plusieurs petits crapets arlequins et après avoir ferré quelques achigans à petite bouche d’environ 1lb, je réalisais que le soleil avait commencé à se coucher. Il y avait un trajet d’environ 5 km à parcourir à travers les bois pour retourner jusqu’au camion, et au pays des ours il est préférable de s’en retourner avant la tombée de la nuit.

Ce voyage, qui a en fait débuté dans mes souvenirs, s’est avéré être en réalité beaucoup plus long que prévu et il a nécessité certains efforts dont je ne m’attendais pas. Mais quand je repense à la magnifique journée de pêche qu’il m’a procurée et à la merveilleuse promenade-souvenir que j’ai vécue en manipulant le vieil attirail de pêche de mon père et toutes les pensées de lui qui me reviennent, ça en valait vraiment la peine. Cette partie de pêche spéciale a été pour moi une conclusion excitante à une aventure excitante qui me procurait zéro stress. Je suis très heureux de la planification de ce voyage et je me considère choyé d’avoir rencontré sur mon chemin Carolyn et son « Dixie Echo ». Et finalement je me considère tout aussi choyé d’avoir atteint les rives de ce petit étang grâce à mon fidèle destrier le Polaris ACE 900. Cette petite machine est une aventure en elle-même qui n’attend que le bon moment pour se réaliser et si vous avez une chance de l’essayer vous ne devriez jamais la laisser passer.

COMMENTAIRES FACEBOOK