- Publicité -
- Publicité -

L’activité médiatique Quad nous réserve de nombreuses surprises à longueur d’année. Si nous pouvions posséder une boule de cristal nous permettant de prévoir les nouveautés, nous aurions une longueur d’avance sur d’autres journalistes qui pratiquent le même fabuleux métier que nous. Dans le cas présent, et pour la plupart des présentations, nous sommes prévenues quelques semaines à l’avance pour inclure à notre agenda ce déplacement primé. Dans tous ces cas, les manufacturiers s’attendent à un professionnalisme de notre part en ne divulguant pas certaines informations privilégiées avant la date convenue. Ce mutisme nous procure un lien de confiance qui nous est profitable à de nombreux points de vue.

Dernièrement, lorsque nous avons reçu l’information que quelque chose de nouveau était sur le point d’éclore derrière les portes du manufacturier de renom Suzuki, notre étonnement s’est rapidement transformé en spéculation sur le dénouement de ce nouveau modèle, car jusqu’à la date convenue, nous n’avions aucune information précise sur l’origine de cette présentation.

Le point culminant de cette attente fut de courte durée, car Suzuki Canada a convié médias et certains concessionnaires tout près de la ville de Orillia, en Ontario, à 135 km de Toronto, pour la présentation d’une refonte complète de leur modèle phare: le KingQuad.

Un brin d’histoire

Suzuki, à travers les années, a fait preuve d’innovation et fut même précurseur à bien des égards à l’époque dans la catégorie des VTT. Dans la riche histoire de ce manufacturier japonais, nous avons eu l’introduction du premier VHR à 4 roues en 1983. Sa cylindrée était peu élevée et se voulait une plate-forme stable pour les débutants et comportait un embrayage automatique. Par la suite, nous avons été témoins du modèle QuadRunner possédant des modes 2WD et 4WD avec sélecteur entre la selle et le guidon. Celui-ci possédait un centre de gravité bas par sa selle abaissée et confortable.

Le millésime 1991 fut l’introduction du premier modèle avec l’appellation KingQuad. Il conservait les mêmes caractéristiques que son prédécesseur, mais avec une cylindrée et une capacité de moteur accrue.

En 2002, le nom KingQuad fut rangé le temps de voir passer les modèles Eiger de 400cc et le Vinson de 500cc.

Suzuki KingQuad 2019 Essai
Suzuki KingQuad 2019 Essai

Cette brève trêve ne fut que de courte durée, car le KingQuad fut réintroduit en 2005 avec un nouveau moteur à injection électronique de 700cc. Il possédait beaucoup d’aplomb pour un VTT déjà à cette époque et son centre de gravité était surélevé comparativement à ce que Suzuki nous avait habitué par le passé.

En 2009, Suzuki procéda à l’introduction de la direction assistée électronique aux modèles 500cc et 750cc pour une conduite agréable avec un effort minimal du pilote.

Le couronnement de 30 ans d’innovation

Comme je l’ai mentionné en préambule, nous avons pris la direction de la province la plus populeuse du Canada pour assister à une refonte complète du véhicule quad de Suzuki qui jouit d’une longue expertise en ingénierie du constructeur nippon.

Nous ne pouvons nier que le modèle jusqu’à présent a bien traversé les années, mais que nous étions dus pour du changement pour nous prouver que Suzuki a l’intérêt et la détermination de se maintenir parmi les manufacturiers à prendre en considération lors de l’achat de votre prochain VTT. Nous pouvons constater les changements majeurs en procédant à un examen plus approfondi du nouveau KingQuad.

Suzuki a conçu sa nouvelle progéniture sous 4 concepts simples:

1-Style:

De prime abord, nous constatons que son esthétisme a été revu pour le plaisir des yeux. Le KingQuad ne met aucun doute sur ses objectifs d’être racé et solide. Sa carrosserie met en lumière des lignes audacieuses et affranchies. Ses traits sont un mélange de courbes par endroit et de lignage droit bien dissimilé à certains emplacements. Sa silhouette suit les tendances actuelles et elle nous a plu dès notre premier regard. Suzuki a mis tous les efforts pour répondre aux désirs des clients et le résultat final est de bon augure. Ils ont réussi à moderniser son style et ces lignes sont plus agressives tout en gardant l’empreinte de son manufacturier d’origine. Plusieurs coloris sont disponibles selon le modèle choisi, mais celles qui nous ont séduits sont le bronze et le nouvel habillage camo.

Suzuki KingQuad 2019 Essai
Suzuki KingQuad 2019 Essai

Les modèles d’entrée de gamme sont équipés de roues d’acier, mais par contre, le modèle propulsé par le 750cc et équipé de la direction assistée est pourvu de jantes d’aluminium moulé d’une classe et d’une élégance sans égal.

2-Utilitaire:

Le Suzuki KingQuad a des vocations récréatives, mais également utilitaires et sa réputation n’est plus à refaire sur cet aspect. Suzuki a amélioré certaines caractéristiques qui ont fait la renommée de ce véhicule et ils ont innové en équipant le KingQuad de nouveaux attributs.

Sa capacité de remorquage a été révisée à la hausse et elle s’élève présentement à 600 kg (1322 lb). Elle a subi une hausse de 33% comparativement à son ascendant. Cette capacité améliorée est possible également par son nouveau récepteur carré à l’arrière.

Le KingQuad a également reçu une révision intéressante à son tableau de bord. Celui-ci est de type à affichage à cristaux liquides (LCD) et a été repensé pour améliorer l’apparence, la visibilité et sa fonctionnalité. Il affiche les mêmes informations utiles et importantes qu’auparavant à l’exception d’un ajout important. Une nouvelle icône de rappel de service fait son apparition. Celle-ci est une empreinte de raffinement et il n’est pas rare de nos jours de disposer de cet outil de communication.

Suzuki KingQuad 2019 Essai
Suzuki KingQuad 2019 Essai

Lorsque nous utilisons notre quad pour le travail ou le loisir, nous apprécions une possibilité de contenance élevée. À ce sujet, mis à part un espace de rangement hermétique incorporé à l’aile avant, Suzuki a prévu deux compartiments de rangements à l’arrière d’une capacité totale de 8 litres pour assouvir les avides d’espaces.

L’éclairage a également subi une révision majeure par un nouveau design d’éclairage. Son phare principal avant directionnel est monté sur le guidon pour un éclairage dans l’orientation préconisée. Ce dernier avait était laissé de coté pendant quelques années et son retour est très bien reçu par notre équipe. Il possède de plus des phares à réflecteurs multiples montés sur les ailes avant. Ces phares halogènes avant ont été redessinés suivant la ligne directrice du nouveau design et par souci d’esthétisme, de modernisme et d’économie d’énergie, un feu arrière encastré à DEL parachève cet éclairage complet.

3-Performance

Le modèle 2019 revient à la charge avec passablement la même motorisation que par le passé. Les moteurs monocylindres de 500cc et 750cc ont subi une mise à jour procurant une large gamme de puissance le rendant facile à maîtriser. Dans le cas du 750cc, un nouveau jet d’huile est ajouté au carter pour pulvériser le dessous du piston. Cet ajout augmente la durabilité en refroidissant et en augmentant la lubrification du piston.

La transmission à variation continue offre des décollages améliorés lors du remorquage ou le transport de lourdes charges par les nouveaux rouleaux de CVT plus léger. Ceux-ci sont passés de 28 à 25 grammes. La tension de la poulie menée est optimisée pour de meilleures performances et la forme des rainures de la came de couple a été modifiée. Toutes ces améliorations se soldent par des décollages et des arrêts plus doux que le modèle précédent.

Suzuki KingQuad 2019 Essai
Suzuki KingQuad 2019 Essai

Les freins ont également subi leur part d’amélioration pour une excellente performance et sensation de freinage. Pour 2019, le KingQuad est équipé de freins à disque à l’avant de 190 mm et d’un frein arrière multidisque à bain d’huile de 106 mm.

4-Confort

Pour cet aspect, le KingQuad 2019 n’a aucune nouveauté, mais seulement des révisions. La direction assistée électronique bénéficie de la même efficacité que celle de son année d’introduction en 2009, mais avec des améliorations permettant au pilote une meilleure assistance. La position de conduite permet des randonnées en position décontractée. La selle en forme de T laisse place à des mouvements fluides lors du transfert de poids en prise de courbe.

La suspension arrière est entièrement indépendante et c’est un aspect qui a fait la renommée de ce véhicule dès sa première année d’introduction. Ces amortisseurs ont subi une mise à jour avec l’addition d’un nouveau réglage de la force d’amortissement. Ceux-ci sont plus rigides et c’est bien ainsi. Ils permettent d’attaquer les courbes sans un sentiment de déportation vers l’extérieur du véhicule. Nous avons remarqué que les amortisseurs avant plus fermes faisaient en sorte que le devant du nouveau KingQuad était moins plongeant que le modèle précédent.

Suzuki KingQuad 2019 Essai
Suzuki KingQuad 2019 Essai

Le débattement des amortisseurs du Suzuki KingQuad lui permet d’affronter n’importe quel affranchissement. La course avant est de 170 mm (6,7 ») et de 195 mm (7,7 ») à l’arrière que ce soit pour le modèle de base que celui tout équipé.

Un nouveau cadre

Les concepteurs ne pouvaient pas se vanter d’avoir revampé ce véhicule s’il ne s’était pas attaqué à ce qui constitue l’ossature même. Par souci d’accroître sa rigidité, l’épaisseur des parois du châssis a été augmentée de 0,4 mm. La suspension arrière ainsi que le boîtier de différentiel ont été renforcés pour une durabilité accrue. Toutes ces améliorations précédemment énumérées contribuent par conséquent à une augmentation de la capacité de remorquage.

Une direction assistée méritoire

Quiconque pourra vous le confirmer, lorsque nous avons la chance de piloter un VTT équipé d’une direction assistée, nous ne pouvons nous soustraire de cette aide à la conduite par la suite. Même s’il était d’une qualité exemplaire, Suzuki a poussé l’audace d’augmenter la capacité de son moteur de 160 watts à 220 watts. Le résultat, selon Suzuki, devait être d’environ 30% supérieurs au modèle antérieur et d’une puissance permettant des virages et une maniabilité accrue. Par conséquent, le pilote subira une fatigue amoindrie lors d’une longue randonnée. Le véhicule de production que nous avions n’a pas répondu aux attentes stipulées par le manufacturier. Nous avons senti un changement certain, mais nous estimons plutôt à environ 10 à 15% son amélioration. Par contre, elle est surtout plus précise, moins flottante que l’ancien modèle et lors d’une décélération, elle est sollicitée pour le confort du conducteur.

Suzuki KingQuad 2019 Essai
Suzuki KingQuad 2019 Essai

Une performance améliorée

Le nouveau KingQuad performe à la hauteur de sa réputation. En le comparant avec le dernier modèle, on s’aperçoit que les ingénieurs de Suzuki ont travaillé fort pour corriger les légers défauts de la dernière version. Ceux-ci se situaient au niveau de la puissance, des reprises d’accélération, de la mollesse de sa servodirection et de sa suspension molle ayant pour résultat d’accroître l’effet de survirage lors de déplacement soutenu dans des sentiers sinueux.

Son nouveau châssis, sa nouvelle suspension à l’avant et la nouvelle calibration de la CVT font du KingQuad un véhicule plus nerveux et plus stable en sentier pour des déplacements beaucoup plus sportifs.

Suzuki KingQuad 2019 Essai
Suzuki KingQuad 2019 Essai

Une toute nouvelle barre stabilisatrice à l’arrière plus rigide améliore le contrôle du mouvement inopportun du châssis en terrain accidenté.

La version renouvelée s’approprie de belles qualités. Sa fiabilité légendaire acquise au cours des dernières décennies n’est pas sur le point de s’estomper. Sa belle finition et son look moderne font de lui un VTT à prendre en considération dans la catégorie des monocylindres pour un achat futur.

Finalement, le retour en force du KingQuad ne peut que démontrer la ferme intention de Suzuki de rester l’un des chefs de file en matière de VTT de grande qualité tandis que la plupart des manufacturiers misent sur la catégorie des autoquads pour accroître leur part de marché. La nouvelle mouture qui nous a été présentée est très prometteuse. Les amateurs seront ravis autant que nous l’avons été et son raffinement est à l’égal du constructeur japonais.

COMMENTAIRES FACEBOOK